Kateri Lemmens – Quand viendrait l’aurore…

BEAUTY WILL SAVE THE WORLD

Quand viendrait l’aurore, j’énumèrerais leurs traces muettes. Ravages, lampées, sarcophages. Ils effleurent, piétinent. Ils nous veillent. De l’autre côté du jardin et de la vie. Demain, on pourrait aller pêcher des abris de lumière des éclisses entrer dans les rapides remonter le ventre glacé. Il y aurait peut-être une source.

Un jour, on se dira tout et je serai plus vile au décompte. C’est pourtant une couleur, cette soif qu’on porte aux rivières.

Tu voulais me peler faire quelque chose avec mon danger. Tu voulais des cocottes de papier, une clé d’or, un objet décoratif, mais on part même sans peau à l’eau montante à mi-chemin entre la brûlure et la vérité.

Oui je suis apôtre du vent. Oui je me suis reconnue dans les soirs tempêtes. J’ai des affinités avec la beauté facile, avec le diable dans le tain des miroirs. Et les lanceurs de dés. Savoir me pose…

View original post 71 autres mots